Les taxes et les suppléments ne contribuent guère à la transparence de prix des vols

Publié le 2012-12-13 15:38:16

FRANCE, 10 octobre 2012 – Les taxes et les suppléments sur les tarifs des billets d’avion ont beaucoup plus augmenté ces dernières années que le prix net du billet. Les frais supplémentaires sur les billets ont augmenté de quelque 5 % par rapport à l’année dernière. Compte tenu de la tendance à la baisse des prix des billets, la part des taxes et des suppléments augmente sans cesse. Cette augmentation notable ressort de l’étude permanente des données d’ATPI, l’une des trois premières organisations de voyages d’affaires dans notre pays.

Les taxes et les suppléments sont imposés entre autres par les pouvoirs publics sous la forme du supplément de sécurité et  - fait unique dans notre pays – du supplément d’isolation. Mais ces suppléments sont également imposés par les aéroports et les compagnies aériennes sous la forme d’une taxe de carburant et de cartes de crédit par exemple.

L’augmentation des frais supplémentaires, calculée en sus du prix net du billet, est fixée à la fin du troisième trimestre de cette année, et comparée au même trimestre de l’année précédente. Willem Starink, Divisional Managing Director d’ATPI, s’inquiète de l’augmentation des prix des vols, sans que le passager n’y trouve le moindre avantage. « Piètre exemple de transparence, à une époque où les entreprises sont acculées à réduire leurs coûts. Le secteur des voyages et du trafic aérien, mais aussi les pouvoirs publics devraient mettre un terme conjointement à cette évolution », estime le directeur de l’ATPI.

Les taxes et suppléments applicables aux billets d’avion diffèrent énormément d’un aéroport à l’autre, et d’un pays à l’autre. Ce qui ne contribue guère à la transparence des tarifs de vols finaux. L’ATPI estime qu’il est d’ailleurs tout à fait étrange que la surtaxe croissante pétrolière ne soit toujours pas prise en compte dans le prix définitif du billet. C’est pourtant le cas dans tous les autres secteurs de l’entreprise et des transports. Les bus, trains, trams ou taxis ne proposent pas non plus de tickets grevés de toutes sortes de suppléments. Il est temps que la navigation aérienne s’en inspire. « Il est bien souvent difficile d’expliquer cette méthode tarifaire à nos clients de façon compréhensible », si l’on en croit Willem Starink, directeur d’ATPI.